Vous êtes ici : Accueil > Réalisations d’élèves > Echange avec Sheffield > Année 2005-2006 > Les stages de travail > Stage à Lydgate Junior School
Publié : 5 mars 2006
Format PDF Enregistrer au format PDF

Stage à Lydgate Junior School

Avec ma camarade de classe, Elsa, j’ai travaille durant cinq jours dans une ecole primaire situe a quinze minutes a pied de la king edward VII school, lycee de nos correspondants.
Cette experience m’a enrichie sur le plan personnel ( epanouissement aux cotes des enfants si gentils et si attentifs) et sur le plan professionnel (j’ai appris a avoir confiance en moi et essaye d’aider les enfants en difficulte afin qu’ils comprennent mieux leurs lecons)
C’etait un job tres instructif qui m’a permis de pratiquer mon anglais et de comparer les systemes scolaires de nos deux pays.

Au niveau des cours, ce que les enfants peuvent etudier a l’ecole primaire correspond a ce que l’on peut faire au meme age en france, du moins dans les matieres qui ne necessitent une culture propre a un pays, comme la litterature ou l’histoire.

les enseignants de lydgate sont tres accuillant et certins nous consideraient meme comme des collegues ! Quant aux enfants, la plupart ont ecoute attentivement ce qu’on a pu leur apprendre sur notre culture en france, par exemple le fait qu’on puisse travailler un samedi matin n’est pas concevable pour eux...

Lydgate, paisible petit coin de ville qui ressemble davantage a un paysage de campagne, accueillent tous les nivaux de l’ecole primaire, mis a part la maternelle.
Nous avonns travaillé dans une atmosphere tres detendue, acueillante et nous etions tres emue le dernier jour. A vrai dire, pour ma part, je n’avais pas envie de quitter ces enfants et de me dire que le lendemain, on ne les reverrait plus...

Cependant, je ne tire que du positif de cette experience.
merci aux professeurs qui m’ont encouragee a participer a cet echange, car je dois dire que lorsqu’on me l’a propose, je n’etais pas tres enthousiaste, et maintenant, je voudrais rester en grande bretagne... Meme si nous devons retourner en france, peut etre qu’un jour je reviendrai ?