Publié : 4 juillet 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

Introduction : la politique nazie et les mesures prises de 1933 à 1942

Témoignages à l’amicale d’Auschwitz
Paris, 24 mars 2005

Chers amis bonjour. Vous êtes ici à la maison des anciens déportés de camps de concentration d’Auschwitz. Avant de parler de ce qu’a été ou de ce qu’est la déportation, je voudrais essayer de faire une explication aussi globale que possible et aussi simple que possible sur ce qu’ont été les camps de concentration et les camps d’extermination. You understand ? Bien !

Très rapidement, dès 1933, lorsque Hitler arrive au pouvoir, il met en place des camps de concentration. Le premier camp qu’il met en place se trouve à côté de Munich et s’appelle Dachau. C’est un camp qui normalement est fait pour interner tous ceux qui sont des opposants au régime nazi. Ce camp de concentration reçoit de très grandes personnalités de l’époque, dont Thomas Mann, qui était un Prix Nobel. En même temps, on arrête un certain nombre de Juifs, qui vont dans ce camp de concentration. C’est un camp contre les opposants du régime nazi.

En même temps, d’autres camps de concentration se créent à Sachsenhausen, en Allemagne, toujours pour les mêmes motifs. Puis, petit à petit, la politique antisémite de l’Allemagne se met en route, se met en fonctionnement, et il y a ce qu’on appelle la nuit de cristal. Au cours de la nuit de cristal, 7000 magasins juifs sont saccagés, plusieurs centaines de synagogues sont également saccagées. On arrête des Juifs et, surtout, on incite les gens à quitter l’Allemagne le plus possible.

Très rapidement, je voudrais rappeler plusieurs choses. La première, c’est ce qu’on appelle l’eugénisme. Je vais l’expliquer en français, bien sûr. L’eugénisme, c’est l’amélioration de la race humaine. Dans le cadre de la politique nazi, tout était fait pour qu’il y ait l’amélioration de la race humaine ; c’est à dire pour que les gens soient des blonds aux yeux bleus et que ce soient des Ariens. C’est très important. Une chose que l’on ne connaît pas et que l’on ne sait pas, c’est que pendant la période de 1935 à 1945, 400 000 Allemands non juifs, donc des Ariens, ont été stérilisés, des hommes et des femmes.

En même temps qu’il y a l’eugénisme et la stérilisation des personnes que l’on considère comme inaptes à procréer des futurs Ariens de souche, de qualité, il se produit une autre chose, c’est ce qu’on appelle l’euthanasie des malades mentaux et de ceux qui sont improductifs - qui sont toujours des Allemands, toujours pour situer la politique nazie. Il y a environ 7000 personnes, des enfants qui sont dans les hôpitaux et les asiles, que l’on considère comme inutiles à la société allemande et qui, par conséquent, sont euthanasiés, sont supprimés. Et ils sont supprimés comment ? Ils sont supprimés par le gaz.

J’en viens ici pour vous expliquer comment on en arrive aux chambres à gaz. Ils sont supprimés par le gaz, et quel gaz prend-t-on, quel gaz prennent-ils ? On les emmène dans des lieux qui sont, bien sûr, en dehors des hôpitaux et dans des lieux qui sont très précis. On les met dans des camions et on utilise les gaz des tuyaux d’échappement, qui contiennent beaucoup d’oxyde de carbone. Vous avez tous fait un peu de chimie et, par conséquent, [vous savez que] lorsqu’on brûle du charbon ou de l’essence entièrement, il y a du gaz carbonique. Celui-ci va dans l’atmosphère et il n’est pas toxique. Mais lorsque la combustion est incomplète, il se produit un gaz que l’on respire qui n’a aucune odeur, qui ne sent rien, qui s’appelle l’oxyde de carbone et qui tue ! Les enfants et les malades mentaux sont mis dans des camions. Les tuyaux d’échappement sont rentrés à l’intérieur des camions spéciaux fermés [hermétiquement] et ils sont tués par l’oxyde de carbone. Ce sont toujours des Allemands et uniquement des Allemands ; nous sommes dans la période de 1940-1942.

À la suite de cela, dans le cadre de la répression qui se produit dans toute l’Europe occupée, les Nazis créent entre 1941 et 1943 des camps d’extermination, qui se trouvent en Pologne. Ces quatre camps d’extermination sont Chelmno, Treblinka, Sobibor and Belzec. Ces camps sont destinés aux Juifs ! Autrement dit, dans la politique d’extermination des Juifs, Hitler crée deux types de camp : des camps d’extermination et des camps de concentration et d’extermination (qui ont les deux fonctions). Tous ces camps d’extermination et de concentration-extermination se trouvent en Pologne. Quatre camps d’extermination purs, c’est à dire que dans ces camps viennent surtout des Juifs polonais. Je rappellerai qu’en Pologne, il y a plus de trois millions de Juifs qui ont été assassinés ; la Pologne comportait de nombreux Juifs à l’époque. Un grand nombre sont assassinés directement. Dans certains camps, les nazis vont utiliser la même méthode que lorsqu’ils ont tué leurs propres enfants et les malades mentaux ; c’est à dire dans les premiers camps de concentration Chelmno et Sobibor, je crois, ils utilisent l’oxyde de carbone.

Après, entre temps, des grands camps sont créés, tel Majdanek, un grand camp près de Dublin, et Auschwitz. Ces camps ont une double fonction. D’une part, l’extermination des gens qui ne rentreront pas dans le camp : dès qu’ils arriveront, ils seront immédiatement exterminés ; d’autres parmi ceux-là iront dans le camp de concentration. Parmi tous les camps, le plus important de tous a été le camp d’Auschwitz Birkenau. Ce camp, était doublé d’un complexe militaro-industriel. Cela veut dire que, autour d’Auschwitz, dépendant d’Auschwitz, il y avait 40 sous-camps, c’est à dire de petits camps de concentration. Ils ont été mis en place dans des lieux où les Nazis voulaient faire travailler de la main d’œuvre esclave dans les usines d’armement, dans les mines de charbon, dans les mines de sel. Tout cela se trouve en Haute-Silésie, en Pologne. Cela veut dire aussi que les personnes qui étaient dans le camp de concentration enrichissaient les SS dans la mesure ou ils louaient ou vendaient la main d’œuvre aux industriels. Parmi les grands camps industriels, il y a eu le grand camp de Buna-Monowitz (le camp où était Primo Levi, qui a écrit beaucoup sur la Shoah, et probablement les livres les plus beaux et les plus intéressants).

Alors nous, mon ami Henry Bulawko, qui est le président de notre association, et moi-même, avons eu le redoutable privilège d’être des déportés de France, en tant que Juifs et résistants ! L’un et l’autre... ce qui est assez rare. Moi j’ai été arrêté non pas du tout comme Juif, mais comme résistant. Reconnu Juif, j’ai été envoyé à Auschwitz. Mon camarade Bulawko était résistant, mais a été arrêté comme Juif. Il racontera comment ça s’est passé.

L’extermination des Juifs par le gaz n’existait que dans les camps d’Auschwitz et de Birkenau, dès 1942 et surtout 1943. Dans les autres sous-camps, il n’y avait pas de chambre à gaz. C’était de petits camps où l’on travaillait, où l’on pouvait d’ailleurs rencontrer des prisonniers anglais. Il y avait des rencontres qui pouvaient se faire. Les prisonniers juifs étaient totalement isolés, mais ils pouvaient travailler dans des usines ou d’autres personnes, comme des prisonniers français, anglais ou autres, travaillaient aussi.