Publié : 30 mai 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

Cirque romain

Le plaisir des Romains :le cirque(de circo)

Comme à chaque fois que dans le cirque romain, étaient organisés des jeux ou des spectacles, j’assistais à la course de chars. On célébrait aussi dans le cirque des cérémonies:une victoire militaire, par exemple. On trouvait également les jeux troyens, les combats de cavalerie et d’infanterie.

La course est lancée depuis la « linea alba » : chaque char doit tourner autour d’une épine dorsale qui se trouve au milieu du cirque (spina).A chaque extrémité de celle-ci, se trouvent des bornes appelées « Prima et Meta secunda ». Ensuite vient le « podium » où l’on peut admirer toutes sortes d’œuvres d’arts. Autour du cirque, les rangées de sièges sont disposées, elles suivent la forme circulaire du cirque : « gradus » . L’empereur préside les jeux dans le « pulvinar », sorte de temple de dieux des jeux sis dans les gradins.
Le vainqueur d’une course sort par la « porta triomphalis ».

Parmi les plus grands cirques, je retiendrai celui de Théssolanique en Grèce, Simium en Serbie, Constantinople en Turquie et pour finir le plus célèbre : le cirque Maxime (Circus Maximus) à Rome.

Ainsi s’arrête l’explication d’un glorieux gladiateur de l’époque. Maintenant, de notre temps, nous savons à notre grand dépit, que les cirques sont devenus de moins en moins attractifs au fur et à mesure du temps. Sous l’influence de l’église, ils sont bannis et démantelés, pour reconstruire d’autres édifices.