Publié : 30 mai 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les aqueducs

LES AQUEDUCS
(aquaeductus, us, m)

Quel était le rôle des aqueducs ?

L’approvisionnement en eau des villes romaines a toujours été pour les Romains une question essentielle car ils l’utilisaient pour de nombreuses activités :
Boire, évidemment
Préparer les repas
Pour le lavage des vêtements
Pour nettoyer les rues et les maisons
Et surtout pour alimenter les bains publics et privés qui étaient en très grands nombres

Le service des eaux était l’un des services publics des plus importants. Les aqueducs recueillaient l’eau en montagne et souvent on y dressait un barrage. Ils pouvaient transporter ce précieux liquide sur des dizaines de kilomètres pour l’amener jusqu’à la ville. Une pente régulière assurait l’écoulement dans le conduit au sommet de l’aqueduc. Mais les aqueducs devaient traverser des collines dans des tunnels et surplomber des vallées sur des arches pour garder le bon niveau. Arrivée aux remparts de la ville, l’eau se déversait dans de vastes réservoirs ou châteaux d’eau, d’où elle s’écoulait par des tuyaux jusqu’aux bains et aux fontaines.

Voici deux exemples d’aqueducs célèbres :

1.Le Pont du Gard

Le Pont du Gard

Description : Il comprend trois séries d’arches en retrait l’une par rapport à l’autre. La rangée du bas se compose de six arches. La rangée du milieu se compose de onze arches. Le troisième étage comporte trente-cinq arceaux.

Le Pont du Gard est le monument antique le plus visité de France. C’est le plus grand, le plus beau et le mieux conservé des ponts aqueducs romains. Sa construction a probablement démarré au milieu du 1er siècle après J.-C. et a dû s’achever dans les années 60, puisqu’on estime que la construction de l’ensemble de l’aqueduc a duré quinze ans. Le Pont du Gard n’est que le morceau le plus extraordinaire d’un immense aqueduc de cinquante kilomètres de long qui partait d’Uzès et allait jusqu’à Nîmes.

De nombreuses inscriptions peuvent être lues sur le Pont du Gard. Elles sont de deux types : celles qui sont d’origine romaine et celles qui sont modernes. Les inscriptions romaines sont surtout des chiffres et des lettres représentant les numéros et les emplacements des pierres qui étaient taillées. On peut lire notamment sur les piles et sous la voûte, des repères du genre : I, II, III, IV, etc. ou bien FRSIII, FRDIV, signifiant « fronte sinistra, fronte dextra » (> le front de gauche et le front de droite ).On trouve aussi inscrits ces trois mots superposés et à la signification mystérieuse : « MENS TOTUM CORIUM . »

2.L’aqueduc de Ségovie

Romulus et Remus

L’aqueduc de Ségovie a été construit pendant l’occupation romaine vers l’an 50, sous le règne de Trajan d’où le symbole de la louve qui montre les deux frères Romulus et Remus.

C’est l’une des constructions les mieux conservées de l’Antiquité et elle est encore utilisée de nos jours... Cette majestueuse construction à double arcature s’insère dans le cadre de la magnifique cité historique de Ségovie. Ségovie fut, à l’époque romaine, un poste militaire important : il en reste ce fameux aqueduc. Haut de 28 mètres, long de 728 mètres, comptant 166 arches, l’Aqueduc est situé au centre de la Ségovie rituelle au-dessus de la Plaza del Azoguejo. Il servait à amener de l’eau au pied de la Sierra de Guadarrama jusqu’à l’Alcazar.

L’aqueduc de Ségovie