Publié : 12 mai 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

Témoignage de Monsieur Houledreque sur Dachau

Monsieur Houledreque entra dans la résistance française en octobre 1943 en organisant des parachutages et des réceptions d’armes. Il fut dénoncé par un lieutenant français le 26 mai 1944 et emprisonné à la prison de Bonne-Nouvelle à rouen. De là, il commence un long trajet c’est à dire qu’il va être emprisonné à Compiègne, puis le 26 juin, il prit la direction de l’Allemagne. Les conditions étaient très difficiles : les personnes étaient serrées dans les wagons et n’avaient que 25 litres d’eau pour 100 personnes. Il y eut environ 435 morts lors de ce voyage. Monsieur Houledreque arriva à Dachau le 5 juillet où dès la descente du train on procéda à un regroupement pour le recensement. Tout le monde avait des incertitudes au niveau des douches.

Monsieur Houledreque travailla tout d’abord pour l’assèchement d’une mine pendant 3mois, puis dans les travaux publics où les conditions de travail étaient très pénibles : neige, pluie, froid et pas d’eau pour ce laver. Les déportés étaient humiliés par les enfants allemands qui leurs jetaient des cailloux. Lorsque des prisonniers tentaient de s’évader, ces derniers étaient pendus devant les autres pour leur faire comprendre que cela n’était pas à faire.


Le camp de Dachau fut libéré le 25 avril 1945 mais nous ne pouvons pas donner de détail concernant la libération car Monsieur Houledreque était enfermé à cause du typhus et par conséquent il n’a put rien voir. A sa libération, il ressentit une grande joie mais aussi un goût amer de la vie puisqu’il avait vu beaucoup de mort. Il remarqua aucune présence de SS, ceux-ci étaient partis la délivrance du camp. Donc aucune traces de combats. Monsieur Houledreque fut de retour en France en juin 1945 et pesait seulement 47 kg au lieu des 70 qu’il pesait en entrant dans le camp de Dachau.

Conférence de Mr Houldreque et Mr Pieters