Publié : 12 mai 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

Deportés en Espagne (témoignage de monsieur Riffard)

Temoignage de Mr Riffard

Conférence de Mr Riffard et Mr Caillet

Il a 17 ans quand il a décide de quitter la France (en 1944 après l’appel du général de gaulle) car il veut se battre pour la liberté. A ce moment, il était apprenti maçon (a Saint-Yorre dans l’allier). Il arrive à Toulon le 10 octobre 1942. Le 14 octobre il embarque à bord du « contre torpilleur Kessain » où il devient matelot chauffeur, puis est renvoyé chez lui peu de temps après. Le 3 Juin 1943, il est rappellé à la caserne de Strasbourg (marins pompiers) a Marseille. Apres quelques jours d’entraînement un bataillon d’anciens marins se forme et prend quartier à la Madrague près de Toulon. Quand il apprend qu’il doit être transféré vers l’Allemagne, il décide de prendre la fuite. Il souhaite s’évader de France (avec des amis), il a pour but de rejoindre les forces françaises libres (FFL) en passent par l’Espagne. Apres avoir obtenu une permission durant laquelle sa mère lui a fourni un habit civil (contre sa tenue de marin) et sa carte d’identité (contre ses papiers militaires), il retourne a Marseille retrouver ses amis et parte pour Toulouse.

C’est dans cette ville qu’il rentre en contact avec un réseau de résistance. Ils sont emmenés dans un village ou une jeune institutrice (appelle « Maître ») les accueille et les cache pendant plusieurs jours. Un matin, elle leur signal leur départ vers l’Espagne avec un passeur. Pour le reconnaître, ils disposent d’un mot de passe : « VARSOVIE ». Apres quelques jours de marche, ils arrivent dans un village espagnol (Montgarri). Leur première rencontre est avec une femme française qui gère une auberge. Arrivés à l’auberge, deux carabiniers les attendent. Apres avoir mangés, ils se mirent en route pour la prison de Viella puis de Lérida. Au bout de huit jours dans la prison, ils étaient couverts de poux.

Le 15 Septembre 1943, il est transféré à Rocaillona, là ou il tente de s’évader mais échoue. Le 22 Novembre il est envoyé à Barcelone. Le 13 Décembre, il part pour Casablanca. Il est ensuite transféré a Alger puis embarqué pour l’Angleterre, ou il travaille comme dragueur de mine a l’armée. 15 jours après le débarquement il était en permission à Bayeux. Il est démobilisé en Novembre 1945.

De retour en France, il fut oublié (par l’armée et le gouvernement), l’association des évadés de France l’a soutenu ainsi que les autres français évades de France. Apres la guerre il a travaillé comme boiseur comme dans chantiers (construction du barrage de tignes).